Prenez un pont et transférez-le !

Aucun doute, le recyclage est in. Cependant, la majorité des gens n’envisageraient probablement pas d’affecter un pont à un nouvel usage. Mais Brødrene Rodegård, Implenia-Isachsen (IMIS) et l’Office norvégien des Ponts et Chaussées ne sont pas la majorité des gens. Et c’est ainsi qu’un ancien pont de Sandvika sera bientôt reconstruit à Nesbyen. 

La construction en Norvège de la nouvelle E16 entre Sandvika et Wøyen prévoit également la construction et le raccordement de routes locales à Sandvika. IMIS, consortium regroupant Implenia et Isachsen, a déjà démoli quatre des cinq ponts prévus dans le contrat, lorsque le responsable de projet Ronny Abelsen reçoit un coup de téléphone.  

« Je savais que quelques ponts devaient être démolis à Sandvika dans le cadre du projet E16. C’est pourquoi je me suis renseigné pour savoir s’il existait un pont susceptible d’être réutilisé », explique Kent-Johnny Rodegård, de l’entreprise familiale Brødrene Rodegård AS. Cette entreprise de construction, fondée au milieu des années 1960 par les parents de Kent-Johnny, est aujourd’hui dirigée par quatre frères. Elle est spécialisée en excavation, dynamitage et travaux de construction.  

Le pont qui, auparavant, se dressait au milieu de Sandvika doit désormais être reconstruit au-dessus de la rivière Rukkedøla à Nesbyen. À cet endroit, les frères travaillent sur la route départementale 2910 près d’une carrière appartenant à leur entreprise. « La commune est actuellement en train d’élaborer les plans. J’espère que nous pourrons ériger le pont à l’automne, dès que toutes les autorisations nécessaires auront été réunies », déclare Rodegård. 

Le recyclage : respectueux de l’environnement et moins coûteux

Soucieux de l’environnement, l’entrepreneur considère qu’il existe un important potentiel de réutilisation dans le secteur de la construction, bien supérieur à celui actuellement exploité. « Les éléments de pont que j’ai reçus de Sandvika étaient comme neufs. Il était donc logique de les réutiliser. C’est clairement une situation gagnant-gagnant », explique Kent-Johnny Rodegård, qui poursuit : « Je me suis toujours intéressé au recyclage parce qu’il est plus écologique et moins coûteux. Je pense qu’il y a beaucoup déchets dans le secteur de la construction en Norvège et que nettement plus de matériaux et d’équipements de chantier pourraient être réutilisés. » 

« Nettement plus de matériaux et d’équipements pourraient être recyclés dans le secteur de la construction. » 

Kent-Johnny Rodegård  

« La durabilité fait partie intégrante de toutes nos activités, mais la réutilisation de ponts était un domaine dans lequel nous n’avions pas encore beaucoup d’expérience », explique Ronny Abelsen d’IMIS. « Nous avions fait une tentative il y a quelques années pour un projet précédent, en proposant un pont en béton similaire sur la plateforme Finn.no. Certains particuliers s’étaient montrés intéressés, mais personne n’avait les ressources nécessaires pour réaliser ce type de projet. C’est formidable d’avoir trouvé un entrepreneur capable de réutiliser les anciens éléments de pont de façon respectueuse de l’environnement. »  

Le nouveau pont de Rodegård est l’un des anciens ponts de Birkheim au centre de Sandvika. À l’origine, il était constitué de 13 poutres NIB préfabriquées et de dalles coulées sur place dans la travée principale. Afin de réduire les risques pour la santé, la sécurité et l’environnement, les ponts de Birkheim ont été démolis par découpage des poutres, de manière à pouvoir les soulever d’un seul tenant et de les entreposer à terre avant l’étape suivante. Cette procédure a permis de transporter les quelque 200 tonnes d’éléments de pont par la route jusqu’à Nesbyen.  

« C’est un excellent exemple d’économie circulaire appliquée. » 

Ronny Abelsen 

« Nous avons ici un excellent exemple d’application pratique de l’économie circulaire, qui montre très clairement que la réutilisation est possible et – dans de nombreux cas – rentable », souligne Ronny Abelsen. « Recycler davantage de matériaux et développer de nouveaux modèles économiques durables constitue deux des principaux objectifs d’Implenia et d’Isachsen Anlegg. J’espère que nous verrons beaucoup d’autres exemples similaires dans les années à venir. »

Collaborer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre

Responsable du projet E16 Sandvika-Skaret-Høgkastet à l’Office norvégien des Ponts et Chaussées, May Bente Hiim Sindre cite, elle aussi, deux des cinq objectifs majeurs de son organisation : promouvoir la durabilité et réduire les émissions de gaz à effet de serre. « La construction de nouvelles routes entraîne d’importantes émissions de gaz à effet de serre. Une grande partie de ces émissions sont générées lors de la production des matériaux utilisés, notamment le béton. Nous nous sommes fixé pour objectif de réduire de 50 % les émissions de gaz à effet de serre dans la construction à l’horizon 2030 », déclare-t-elle. 

« Nous sommes heureux de travailler avec des entreprises capables d’imaginer de telles propositions. » 

May Bente Hiim Sindre, responsable de projet, Office norvégien des Ponts et Chaussées 

Dans ce contexte, elle est impressionnée par les performances de Brødrene Rodegård et d’IMIS. « Nous sommes heureux et fiers de travailler avec des entreprises capables d’imaginer cette proposition. Si nous voulons réussir à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur de la construction, l’implication de toutes les parties prenantes est indispensable », souligne-t-elle.